Compensation : Gymnastique tubulaire pour faciliter la manoeuvre

Quelque soit la méthode de compensation que vous employé, il est possible de s’entraîner à ouvrir sa trompe d’Eustache, on parle de gymnastique tubulaire. Au début ces exercices se font devant un miroir. Tête un peu relevée, les doigts placés sur la gorge au-dessus de la pomme d’Adam peuvent contrôler les mouvements de celle-ci . Ces exercices mobilisent la musculature du voile du palais et du pharynx.

Les exercices de gymnastique tubulaire

La langue

Il s’agit de mobiliser la base de la langue. Les exercices se font bouche ouverte, puis fermée.
Alternativement tirer la langue le plus en avant possible comme pour toucher le menton, puis la rentrer et la pousser le plus possible en arrière et en bas, en laissant la pointe de la langue sur le plancher (en bas) de la bouche. Contrôler l’abaissement de l’os hyoïde et de la pomme d’Adam.
Balayer le palais et le voile du palais. Pour cela, placer la pointe de la langue derrière les incisives supérieures et racler d’avant en arrière le palais comme pour l’essuyer, en essayant de toucher la luette.

Le voile du palais

Il s’agit de relever la luette. C’est le plus important des exercices. On a recours à un mouvement de déglutition incomplet s’arrêtant au stade de contraction du voile du palais, sans déglutition de la salive. Commencer par des exercices exagérément lents pour bien éprouver les sensations avant de réaliser des
contractions du voile rapides et successives qui sont les plus efficaces pour ouvrir la trompe d’Eustache.
D’abord bouche ouverte, langue au repos, ébaucher un mouvement de déglutition sans avaler en essayant de creuser le voile et de relever la luette. A la limite on a une sensation de nausée quand le mouvement est poussé au maximum. Le contrôle de l’efficacité se fait en vérifiant le déplacement de l’os Hyoïde. Faire ensuite l’exercice bouche fermée.

exercices à sec pour la compensation

La mâchoire inférieure

Avancer et reculer le plus possible la mâchoire inférieure. Mettre celle-ci alternativement à droite et à gauche.

La langue et le voile du palais

D’abord bouche ouverte, la pointe de la langue appliquée contre les incisives inférieures, l’arrière de la langue est poussée en bas et en arrière. Puis pratiquer un mouvement de déglutition incomplet s’arrêtant au stade de contraction du voile.
Pour le contrôle de l’exercice, on vérifie que l’os hyoïde, abaissé par la poussée de la base de la langue, est encore plus abaissé par le mouvement de déglutition incomplet. Faire ensuite l’exercice bouche fermée.

La mâchoire, la langue, le voile

La pointe de la langue prend appui contre les incisives inférieures, la mâchoire inférieure est projetée en avant, la langue est sortie au maximum hors de la bouche, la pointe toujours appliquée contre les dents. Contracter alors le voile du palais en faisant un mouvement de déglutition incomplet.

Conclusion pour faciliter la compensation

Ces exercices devraient vous permettre de compenser plus facilement et donc vous permettre d’économiser l’oxygène. Pour améliorer ses apnées, l’aisance gagnée vous permettra d’améliorer votre durée d’apnée ou la profondeur d’évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.