Moratoire corb : conclusions

de | 14 janvier 2014

Suite à mes articles précédents, vous savez maintenant que la bataille pour le droit de  chasser le corb a été perdu. Depuis l’officialisation de la décision par les affaires maritimes du moratoire corb, nous sommes nombreux a trouver la décision scandaleuse.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour reprendre les différents éléments, je vous renvoies sur cet article. Pour faire simple, une consultation publique devait “aider” la préfecture maritime à décider du sort des deux arrêtés soumis par le conseil maritime de façade.

Suite aux appels lancés sur Internet pour mobiliser les personnes, nous sommes “très” nombreux a être “dégoutés” du résultat. 206 avis ont été transmis, dont 118 contre. Pour comprendre le “dégout” des personnes qui se sont mobilisées pour fournir l’adresse et le contenu du mail ou du courrier à transmettre dans ce processus démocratique,il faut avoir une petite idée du nombre de chasseurs sous marins fréquentant nos cotes.

Combien de chasseurs sous-marins contre le moratoire corb ?

C’est là ou cela devient très compliqué. Il n’existe que 2 fédérations s’occupant de la chasse sous marine : la FNPSA et la FCSMP. Etant moi-même affilié à une des deux (comme ca pas de publicité qui pourrait m’être reproché ..),  je chiffrerais à 5000 le nombres de licenciés totales.

Et là, on ne compte pas le nombre de chasseurs n’étant affilié à aucune fédération. En effet, le permis n’existant plus, toute personne titulaire d’une RC (responsabilité civile) peut pratiqué la chasse sous-marine sans autre formalité pour peu que ce sport soit mentionné sur son contrat d’assurance.

Bref, nous sommes malgré tout très loin des 118 avis contre le moratoire…

Des pistes pour lutter ?

Un seul mot d’ordre : prenez une licence dans une des deux fédérations, je ne fais de publicité pour aucune, elles ont chacune leurs atouts. L’important, c’est le poids qu’elles peuvent représenter auprès des instances dirigeantes. L’idée, c’est de pouvoir montrer un chiffre : le poids économique de la chasse sous marine. C’est le seul critère pris en compte.

La constatation est simple : la loi offre la possibilité via la consultation publique que nous donnions notre avis sur un arrêté. Sur plusieurs milliers de chasseurs sous marins, moins de 150 ont pris quelques minutes pour envoyer ne serait-ce qu’un mail. Alors, sauvez votre passion en prenant une licence et ainsi déléguez votre voix à des fédérations qui rempliront la tache de vous représenter.

Un dernier cas de figure ?

A titre personnel, je considères l’absence de permis de chasse sous marine comme une erreur. Je me rappelles d’une époque ou il existait : nous aurions pu définir le poids économique de la chasse sous marine. Une licence d’une des fédérations valant permis de chasse sous marine, hormis un faible cout et un fichage que certains trouvent pénalisant pour profiter du dernier lieu de liberté, n’aurait que des avantages : chiffrage précis du nombre de pratiquants, assurance de pouvoir informer le licencié de la règlementation, encadrement à minima de la pratique…

Conclusion :

moratoire corb

Faut pas tirer, c’est réservé aux bulleux……….

3 réflexions au sujet de « Moratoire corb : conclusions »

  1. jean grondain

    Facile de mettre la faute aux chasseurs sous marin je pense que les personnes qui ont décidé cet connerie ressemble aux gens du comité de l’amiante qui soutenaient une bêtise nous avons vu le résultat pour le mérou comme pour le corb des bons a rien prennent les décision

  2. ploufmen

    J’habite face à la mer, j’estime à 150, 200 bateaux au quotidien qui pêchent à la canne. Je pense que le vrai problème n’est pas forcément nos fines flèches!!!

  3. Guéron Antoine

    problème de toutes les consultations publiques: l’information, voire la publicité, précisant l’existence de ces consultations sont quasi inexistantes. Cela explique largement les très faibles taux de réponses et la non valeur des résultats. Chaque fédé ayant les listes des adresses mail de ses adhérents devrait envoyer un appel individuel à participer à ces consultations. Quand on dispose d’un fichier avec la liste des contacts, un courriel précisant comment donner son avis ( avec éventuellement un lien vers le site utile) devrait être vite rédigé et envoyé. Sur les 5000 adhérents dont vous parlez beaucoup plus de 208 auraient répondu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.